JE SUIS MORT AUJOURD’HUI A 17H57.

Je ne me souviens pas avoir atterri là, je ne sais où. Il n’y avait aucun bruit autour de moi, j’avais cette impression de dormir. Je ne me sentais pas différent, mais je savais que cela n’allait pas se passer comme je le voulais. Mais que pouvais-je bien vouloir? Le noir m’entourait.
 Je ne ressentais pas de sentiment.
Pas d’aigreur, pas de colère, ni d’amour, j’étais cette goutte d’eau au plein milieu de l’océan.
Étais-je entrain de méditer? Le choix ne me parlait pas, mais quel était ce silence autour de moi?
J’étais là, nu, mais sans corps. Me sentais-je léger? Je n’en sais rien.
Le silence brouillait bruyamment ma notion de temps.
Comment ne pouvais-je pas me demander qui j’étais. Ma mémoire n’était même plus un souvenir.
Existais-je? Comment j’aurais pu le savoir.
Quel drôle de sensation qu’était de ne pas se sentir exister.
Que pouvais-je espérer?
 J’étais dans un vide sans couleur.
Ou n’y étais-je… Plus?
Cette non sensation me quitta, il était 17h59.
Une peur me réveilla trois semaines plus tard.
J’étais allongé là, je ne sais où, mais je ne me posais pas la question.
Je ressentais une certaine interaction en moi, cette dernière me semblait si naturelle qu’elle m’empêchait de m’en questionner. J’avais cette étrange sensation de savoir. Mais quoi?
J’entendis un bruit. Je savais que c’étaient des pas. Maintenant assis sur mon lit, je tournis la tête.
C’était une femme.
Un autre bruit survient. Elle avait lâché ce qu’elle tenait dans les mains tout en émettant un léger cri. Un cri qui me concerna d’autant plus. Elle m’avait appelé par mon prénom.
Quel était-il déjà?
Elle le répéta tout en s’approchant de moi.
je savais maintenant que je m’ appelais Sacha.
Je savais que je la connaissais.
elle repartit une heure plus tard.
je n’avais pas beaucoup parlé.
elle m’a dit que je pourrais bientôt sortir.
Je ne comprenais pas très bien ce que j’étais, mais je savais que je voulais sortir.
Ma première question me vint: « comprendrai-je un peu plus qui je suis en sortant? »
Le temps passait et je ne savais pas ce que je voulais faire.
Comment pourrai-je le savoir?
Je savais que je ne savais pas.
Savoir cela était étrange.
La pensée vide je m’endormis.
Une odeur de nourriture me réveilla, je mangea.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :