LE POING DE LA CAGE… hein?

  • AVRIL.

 

LE TUNNEL, suite.

(Proposition pour http://cadavreomonexquis.com/)

Maintenant ressaisie, elle rejoignit sa salle de bain. Le robinet maintenant tourné, elle avançait ses mains pour en rapprocher une à ses lèvres, puis mouilla finalement son front.
Le robinet maintenant fermé et la tête dans sa serviette elle envoyait quelque regard à son reflet. C’était un miroir banal comme il y en a dans tout les appartements de cette ville.
Une ville qu’elle ne connaissait pas très bien d’ailleurs, elle y avait emménagé car son beau frère avait réussi à lui négocier un très bon prix étant donné qu’elle appartenait à ces nouvelles communes d’ordre privée, et qu’il en était le vice président.
La serviette reposée, elle tendit la main vers sa trousse à pharmacie et en sortit un comprimé d’alavox.
C’était le médecin de son immeuble qui lui en avait prescrit. Il lui avait expliqué que dans cette région, du fait du rapprochement de la lune… La suite ne lui revenait plus mais cette explication correspondait avec celle de sa collègue de boulot, qu’elle avait surpris la semaine dernière, avec une boite d’alavox à la main. C’était le médecin de son immeuble qui lui en avait aussi prescrit, avait elle précisé.
Le comprimé maintenant avalé, elle réfléchissait à sa nouvelle situation: un boulot bien payé, pas très éprouvant, agréablement occupant et surtout pas très loin de là où elle habitait; elle vivait dans un appartement assez confortable avec des voisins pas très causants mais pas effrayants. Tout aurait été parfait si ses « rêveries » n’avaient pas été plus fréquentes depuis son emménagement.
Le jean maintenant enlevé, Alice réalisa qu’il était temps de se refaire une peau douce. Elle sortit la crème, l’étala.
Plus fréquentes n’étaient pas vraiment les bons mots, mais comment pouvait elle s’avouer qu’elles semblaient plus réelles?
Elle avait l’habitude de rêvasser ici et là, mais depuis l’emménagement… L’alavox commençait à faire effet, Alice rinça ses jambes, but une dernière gorgée au robinet et sortit de la salle de bain. La camera derrière le miroir s’éteignît, celle du salon s’alluma.

L’OBEY.

.
 
Les cris de mon amie m’interpelèrent, lorsque j’arrivais auprès d’elle, elle me montra ce petit bassin où semblait se noyer ce qui me semblait être une abeille, une abeille aussi grosse que mon poing.
Sans réellement comprendre mon geste je la sortis avant de reculer d’un bon pas, entrainant  mon amie avec moi.
L’abeille maintenant à l’air faisait du surplace en me fixant.
« Qu’attend t-elle? » demandais-je.
 » Puis-je rester à tes cotés? » C’est l’abeille qui me répondit.
« Tu ne vas pas me faire de mal? » hésitais-je.
« Non et toi? »
« Non, sauf si… » je m’arrêtai.
« Sauf si quoi? » demanda l’abeille.
« Ne t’en fais pas, je te le promets ».
.
.
  • MARS.
 
 
ALPHABETISATION.
 
.
 
Le A pique
Le B est dodu
Le C est ouvert
Le D est enceinte
Le E se tient
Le F aide
Le G recule
Le H compte
Le I muscle
Le J vole
Le K cri
e L manque
Le M domine
Le N se questionne
Le O a peur
Le P marche
Le Q souffle
Le R attend
Le S lit
Le T martèle
Le U caresse
Le V creuse
Le W est rebelle
Le X aime secrètement le O
Le Y se sert
Le Z est schizophrène
.
 
 
 
PENSE-BETE.
.
 
 
 
Comment? Penser bêtement?
Mais quelle folie!
À moins que… Hmmm. « Je » reste le pense et « ça » deviens le bête, se transformant en gardien sans réflexion, sans digestion de son contenu.
Équilibre?
Mais cette bêtise gardant alors chaudement ma pensée,
L’unité de la penser? ( après celle du TPS et des mètres.)
D’ailleurs qu’elle est la différence entre réfléchir et penser?
Y Penser (ou y réfléchir?)
Réflexion de l’autre, l’objet, stoïque, dynamique(?) adaptation
Hiérarchie
Pensée: assemblage des réflexions par rapport à moi l’y composant, conscience
Évolution temporelle de la pensée? Oubli
Sentiments ok.
Oubli,
Sentiment,
Rappelé.
Qu’est ce qu’on oubli? Une pensée ou Ses mots.
Qu’est ce qui reste?
Unité de pensée (UP)
Perso-tempo
Perso société
le chat de schrodinger ou le chaton?
Pense-bête: oxymore qui avait pour première proposition pensée-brute?
.
 
 
 
  • FEVRIER.

 

LE POUVOIR DES CHATS.

Le chat poursuit sa vie comme il l’entend.
Alors que par opposition nous nous devons de suivre une politique de travail pour favoriser une réussite sociétale.
Le chat, à nos cotés, cherche, un brin de soleil, pour une sieste, dans une position, parfois imprévue, trouve, un repos, presque non compréhensible.
Dans notre sphère de pression parfois de stress, le chat a comme le pouvoir d’en absorber une certaine proportion en échange de quoi, il partage de sa propre sphère de détente et de calme.
C’est du repos par procuration.
Il est comme une part de nous même, de nos envies.

Le chat nous inspire.

 
FLASH INFO:

Yvan Narcissić a été renversé samedi par une auto.

Bien qu’il est été rapidement transporté par une ambulance locale, il a succombé à ses blessures dimanche matin.
Le conducteur de la voiture, âgé d’une trentaine d’année, a décrit le comportement du jeune homme comme « irresponsable », ce que les témoins ont assurés en précisant « qu’il semblait obnubilé par ses chaussures qu’il regardait avec un grand sourire ».
La responsabilité du conducteur n’ayant pas était remise en doute, les policiers n’arrivent cependant pas à comprendre ce qui l’a occupé pour ne pas voir le jeune homme traverser.

  • J’ENVIE ET…?

BONJOUR? BONJOUR? BONJOUR?

J’arrive pas à dire « bonjour » dans sa forme interrogative, tu vois,
comme pour dire  » passez-vous un bon jour? » mais en un mot.
En fait j’arrive pas à bien comprendre le sens de ce mot.
Non parce que sa forme exclamative, enfin, ça voudrait dire
« je vous souhaite un bon jour monsieur » ? Mais bon,
pourquoi  » l’ interrogativité » de ce mot n’existerait pas?
Bonjour? Bonjour? Bonjour?

NOUS SOMMES TOUS DES GNONS!

La virilité d’un gnon se perd pour sa moitié.
Grognon, moi? La place est maintenant à son féminin!
Ha! Si l’opignon pouvait exister en dehors du ring, croyez moi, nous serions tous des champignons, ventant toujours plus fort nos moignons par-ci, nos moignons par là!
Et si j’y retournais pour m’en occuper?

SPÉCIAL TWITTER

Que cela soit pour une raison ou une pour autre, la minute de silence existera un jour sur twitter. Les plus inventifs, ravis d’extérioriser une fois de plus leur originalité,  ne s’empêcheront pas, à coup de « twitte-machin-silence », de l’annoncer. Puis, une fois écoulée, les plus comiques pourront  » enfin respirer » et les meilleures blagues s’enchaineront. Moi comme à mon habitude, j’aurais loupé un grand moment.

CHERCHEUR D’EXCUSES INEXCUSABLES #1

Pourquoi ne faut il pas laisser un groupe, quelqu’il soit, se rassembler dans un lieu public? Autrement dit pourquoi ne pouvons nous pas nous reprocher de rester assis à la même place lorsqu’un groupe, quelqu’il soit, ne peut entièrement s’assoir au même endroit, et encore plus lorsqu’une place seulement fait défaut pour assurer l’unicité du groupe?
Je pense que la raison est autant la même qu’il est impossible de se reprocher d’avoir un logement entre deux rues où vit la même famille!
Dépénalisez l’inceste tant que vous y êtes! Mais tant que cela ne sera pas le cas, je ne vous laisserez jamais ma place!

Exceptions: Enfants en bas âge, personnes violentes ou en ayant l’air etc.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :